I'm just a jealous guy

 

 

Parole d’Orchidée

 

 

     « La famille des Orchidées offre des exemples de mimétisme végétal très étranges : la fleur d’orchidée imite par exemple l’aspect des insectes femelles. Ces orchidées ne sécrètent pas de nectar, mais libèrent une odeur qui ressemble à la phéromone sexuelle de l’espèce qu’elle imite. De plus, la forme et la texture du labelle (ou lèvre inférieure) de la fleur d’orchidée ressemblent à celles de l’insecte imité. Chez les orchidées attirant les abeilles par exemple, le labelle est couvert de poils. » (lien)

 

     Dans tout cela les femmes la plupart surtout celles qu’on trouve partout tout le temps sur tous les panneaux de publicité, elles me semblent telles les fleurs de ces orchidées qui miment les femelles de certains insectes. Pour que ces insectes mâles victimes du leurre les pollinisent ! Que du Bluff !

     Mais dans le cadre de l’humanité actuelle, c’est juste comme la société qui est comme ces plantes malines.

     En les regardant mieux : pas beaucoup de femmes avec des instincts une intelligence des envies une peau une odeur un amusement une sueur un jeu de femme. La plupart comme curieusement inertes, ainsi que les insectes mâles pollinisateurs doivent quand-même trouver les fleurs de ces plantes astucieuses, fleurs qui ressemblent à leurs équivalents femelles, quand ils croient pouvoir les ensemencer.

     Mais qu'est-ce qu'être une « femme » ?

     Enfin, bref.

     L’une d’elles me fait : « C’est incroyable comment ton frère cadet, avant, il ne cessait de vouloir te déboulonner te critiquer t’enfoncer, etc. ! »

     Elle fait : « D’ailleurs c’est toujours comme ça, le second ne pense toujours qu’à une chose : déboulonner et comment déboulonner l’ainé ! D'ailleurs, dans ma famille, c'était la sœur ainée que son frère cadet voulait toujours déboulonner ! »

     Mais alors, à l'inverse, même une femme pourrait être jalouse de son mari ? Mais, alors... ?

     Jalousie. Jalousie ?

 

paroles et traduction

Bryan Ferry - Jealous Guy [2007-02-10 London]
 

    Qu’est-ce qui fait que depuis 2000 ans au moins, des steppes russes à la Forêt Noire jusqu’aux plaines d’Ile-de-France, on m'a dit : « Tous ceux qui sont doués semblent persécutés brulés annihilés torturés mis à mort, clochardisés, ridiculisés, rendus fous, diabolisés, etc. »

     Les guérisseurs, les rebouteux, les herboristes, les grands savants de l’Antique Yoga, etc. Pendant des siècles jusqu’à la Révolution Française.

     Et aujourd’hui ça continue.

 

     En 1941, on a supprimé les diplômes d’herboristes.

    « Marie Roubieu est décédée à l’âge de 97 ans. Elle était la dernière survivante des herboristes titulaire du diplôme supprimé en 1941. Il n’a jamais été rétabli depuis. »

     On pourrait dire que ce sont les lobbys pharmaceutiques qui veulent absolument nous refiler leur matériel chimique, et dont l’intérêt est de nous rendre chimiquement dépendant, toujours soigné, mais de quoi ?, jamais guéri.

     Mais non, si l’on regarde ce qui s’est passé en Europe ne serait-ce que dans les années 1000 – 1700, et leurs persécutions féroces citées plus haut : le prétexte de l’intérêt économique n’est qu’un prétexte.

 

     Le sentiment l’émotion la pulsion le moteur basique derrière est bien plus brutal. Jusqu’en Haïti on m’a dit : « La traque systématique et sanglante des plus doués, et en particulier de ceux qui connaissent le secret des plantes ».

    

     Tout le monde peut tomber, et notamment pour de l’argent. Mais le prétexte économique n’est là qu’un habillage de quelque chose de plus profond.

     Un peu aussi comme l’histoire du dieu jaloux Seth, qui voulait déboulonner le dieu Osiris. Quelque chose qui concerne le monde spirituel des hommes, des dieux et des plantes.

 

 

 

 

 

 

« Le démembrement d'un Dieu serait le modèle du sacrifice humain. »

 

     « L'Egypte a fait d'Osiris le Dieu mort et ressuscité. Epoux de sa sœur Isis, fils du dieu terre Geb et de la déesse ciel Nout, frère de Seth, Osiris était - selon les récits mythologiques - un Dieu-roi fort aimé.

Son frère Seth, jaloux, fit faire un coffre superbement décoré et, au cours d'un banquet, promit de l'offrir à celui qui pourrait le remplir exactement. Comme il avait été fait aux mesures d'Osiris, seul celui-ci put s'y coucher exactement. Aussitôt le couvercle rabattu et scellé, le coffre est jeté au Nil. Isis le recherche et le retrouve à Byblos. Elle ramène le corps d'Osiris en Egypte mais Seth réussit à s'en emparer à nouveau et à démembrer le corps. Il en répand les morceaux à travers l'Egypte. Isis recherche ces morceaux, les recolle à l'exception du pénis qui reste introuvable. » (lien)

                                                  "LE SACRIFICE  HUMAIN",  par Mme  Anne STAMM

 

      Peut-être certes qu’il ne faut pas être trop moral. Mais je me sens plus proche d’Osiris. Contre le dieu jaloux du désert brûlant Seth.

 

     Que certains possédants dominants veuillent garder leur pré carré, par exemple en ne voulant pas, pour les multinationales du pétrole, trouver une autre source d’énergie : peut-être pas que l’argent non plus là – mais bon.

     Et si je collabore avec leur société à toutes ces foules pas humaines en tant que « voisin » ou « collègue », ce n’est donc qu’une suite de circonstances, « je suis né dans le gris par accident », nous n’avons aucun projet commun aucune affinité en fait et quoi que « voisin » ou « collègue », aucun but commun.

     Ils ne pensent qu’à éventuellement profiter d’eux-mêmes et de moi pendant que « La » société les désarme et les transforme en « ses » composants.

     Mais je ne vais pas me laisser désarmer comme ça : de leur (la) (la mienne en fait) langue, le langage, les mots, le verbe, les musiques la plupart – du « schlass » (1) américain qui décore l'un des murs de mon salon aussi.

 

 

 

 

Car l’Empire des Signes

 

     « Pour fêter l’intronisation du nouvel empereur Naruhito le 1er mai, le Parlement japonais a décidé d’accorder dix jours de repos supplémentaire à la population

     Selon un sondage réalisé par le quotidien Asahi Shimbun, seulement 35% des Japonais se disent « être heureux » de ces congés supplémentaires. Au pays du Soleil-Levant, de nombreux travailleurs ne profitent pas pleinement de leurs 18 jours de congés annuels, préférant anticiper leur retour au travail. »

 

     Dans « L’Empire des Signes », Roland Barthe compare le Japon à un Ordinateur obéissant au langage des signes. Par exemple, là-bas, ce qui compte dans un cadeau au Japon n’est pas du tout le cadeau lui-même, mais l’emballage ; le Japon, et moi, et moi, et moi qui ne veut pas non plus finir esclave ou sacrifié pour la gloire du Japon !

 

japonaises1259.jpg
 

     « Plus d'un millier de corps ont été extraits de tourbières associées à la culture celtique de l'Âge du Fer. Beaucoup d'hommes des tourbières semblent avoir été exécutés, de façons d'ailleurs fort différentes : poignardés, égorgés, matraqués ou pendus. Les seins de l'homme de Croghan, par exemple, ont été tranchés. Les cadavres ont parfois été décapités, puis jetés de propos délibéré dans la tourbière, et enfoncés sous la vase à l'aide d'une perche, de fascines de saule ou de baguettes de noisetier. Les Germains, et bien d'autres peuples de l'Antiquité, pratiquaient souvent leurs sacrifices dans les marécages, d'où la sémantique attachée à ces lieux, marqués comme passages entre le monde des vivants et le monde des morts. L’écrivain latin Tacite rapporte également qu'ils exécutaient les lâches, les fuyards et ceux qui manquaient d’ardeur au combat en les précipitant dans un marécage : «  Ils pendent les traîtres et les fuyards aux arbres, et noient les lâches, les infirmes et ceux qui refusent de se battre dans la fange et les marais, en les couvrant de branchages. » (Wikipédia)

 

     Dur, d’essayer d’être un peu un homme (mais qu'est-ce qu'être un « homme » ?) ; dur, d’essayer d’entrevoir un Samâdhi, dans ces sacrifices où l’on finissait au néolithique aussi coupé en deux à la lisière des marais celtiques, également si l’on était roi et que la pluie tardait trop pour les récoltes, sacrifice propre à rassurer ceux-là aussi qui rêvent de boire le sang de leur dieu.

 

     « Dans la doctrine bouddhiste, le principe de causalité montre et explique comment tous les évènements se produisent et forment le tissu des réalités humaines vécues. La démonstration de la doctrine repose sur l’expérience introspective individuelle qui donne à comprendre le principe de causalité défini comme : « la relation entre la cause et l’effet, et les conditions et les facteurs qui influencent les effets produits »

                                                                        « La Roue de l’existence » - jean Dubuis

 

     Et effectivement.

 

 

 

                                 Odal GOLD

 

                                                     www.odalgold.com

 

 

 

 

 

     

     (1) Définition de « Schlass »

     >> https://www.dictionnairedelazone.fr/dictionary/definition/schlass

 

     schlass [ʃlas]

 

    adjectif.

     1. Soûl, ivre.

— Tu roupillais parce que tu étais vaguement schlass. — T'es bien renseigné. — Plus que tu ne crois. Et tu étais vaguement schlass, parce que tu avais bu. Forcément, avec cette chaleur… (Léo Malet, La Nuit de Saint-Germain-des-Prés, 1955) .

 

     ~  nom masculin.

     2. Couteau.

      Mes rimes sortent du cœur comme des dédicaces, un schlass ou un cutter, je suis un précurseur (Hifi, « Je suis... », Rien à perdre, rien à prouver, 2002) .

     Dès qu'j'avance on m'met un coup de schlass dans le dos | Ça ramène dix piges en arrière Ness n'a pas de plan de carrière | Touché à la moelle épinière, sombre crinière (Nessbeal, « Intro », La Mélodie des briques, 2006) .

     Vaut mieux gagner d'un coup de schlass bien aiguisé que pas assez | Vaut mieux être un bâtard officiel qu'un enculé déguisé (Despo Rutti, « Underground Music », Convictions suicidaires, 2010) .

 

      Var. chlass .

     étym. 1. Du mot Allemand et Alsacien schlass « très fatigué, mou ». - 2. De l'anglais slash « entaille, taillade, balafre ».

 

 

 

 

 

 

 



25/05/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


This is my Odal Gold Blog. I'm just a poor boy !------- Odal GOLD


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Espace de gestion