« Un pays sans Putain » (La Suède). Tout va bien.

 

 

 

     La réalité qu'ils dégagent :

 

 

     Dans certains pays comme le Japon, les esclaves doivent en plus choisir entre le sexe et le travail. Mais avec 10 ou 15 heures de travail par jour, je ne vois pas comment le choix est vraiment possible ?

 

 running-498257_960_720.jpg

     Les Occidentaux parlent aussi toujours de la misère de l’Inde (jalousie d’avoir perdu depuis bien longtemps leurs propre rêves ?), ils se vantent eux : de tous être vaccinés et gros, de manger de la viande OGM tous jours. Et pourtant d’après ce que j’ai pu comprendre, en Occident d’aujourd’hui, ce sont bien souvent les plus gros qui sont les plus miséreux.

 

     Un peu de temps pour le Foot ou pour le tennis, ou pour un deuxième boulot d’appoint, et puis voilà, on est les meilleurs, on peut dormir tranquille, en essayant de se reproduire, quand même. Misère, misère ?

     La plupart, dans la misère, ils arrivent effectivement à bien dormir la nuit.

 

     Avec parfois un ersatz de curiosité sur le reste du monde, le plus souvent même pas.

 

     Il y en a qui en profitent largement de cette société-là. Mais « c’est pas nous ».

    Tu as échappé à « quelque chose » durant quelques années, en fuyant, en courant, et tu courais, tu courais... ! C'est vrai à un moment, pour citer Johnny : Je n’ai pas pris le temps je m’attendais devant, etc...

 

     Pour ce qui est des vrais « bourgeois » de leur société occidentale qui brille des feux de l’enfer, comme on dit, ils ont pourtant du temps, vu que l’argent c’est aussi du temps. Et bien... Tout va bien.

     D’ailleurs ce n’est même pas moi qui vais prétendre le contraire, c’est bien la réalité qu’ils dégagent.

     La façon de regarder les choses changerait déjà la réalité. Et ici leur réalité est celle d’une ferme ou d’une crèche, c’est selon… pour ces dominants roses et à la queue en tire-bouchon : certes, la vérité ne serait pas « Ailleurs ». Exit Mulder.

     Profonde vérité qu’un jour notre sage Mr Emmanuel Macron dévoila à ce sujet : « Si vous aviez travaillé, vous auriez pu vous payer un costard ! »

 

 

 

 

 

     Etat de sidération même pas :

 

     « La sidération est un état de stupeur émotive dans lequel le sujet, figé, inerte, donne l’impression d’une perte de connaissance ou réalise un aspect catatonique par son importante rigidité, voire pseudoparkinsonien du fait des tremblements associés.

 

     La sidération est un phénomène psychologique qui a toujours existé. Elle agit comme un arrêt du temps qui fige la personne dans une blessure psychologique traumatique, au point que les émotions semblent pratiquement absentes. La culpabilité est irrationnelle et une « sidération » qui enferment dans le silence et l’incapacité de dire l’épouvante. »

                                                                       ©Anne-Laure Buffet

 

     Est-ce que mes collègues humains sont en état de sidération même pas ?

 

    « L’histoire rapporte que les mères des jeunes enfants aztèques sacrifiés au dieu Tlaloc pour avoir de la pluie, étaient gaies et contentes, surtout quand leurs enfants pleuraient beaucoup avant et pendant qu’on les égorgeait, parce que la pluie serait abondante et bienfaisante. Les mères actuelles des petits Indiens sont aussi très gaies et très heureuses quand ces petits sont sacrifiés de bonne heure au dieu des juifs, devenu aussi par la vertu de l’oiseau saint, le dieu des Aryens d’Occident, car elles sont certaines alors d’avoir fourni des anges au ciel qui leur tendront les mains pour y monter aussi un jour. »

      >> "Mémoire d’un paysan Bas-breton" de Jean-Marie Déguignet 1834-1905 (Pocket)

 

runes-947831_960_720.jpg      Et pour ce qui est des « femmes » occidentales de l’Occident d’aujourd’hui ?

 

     Tout adulte que nous soyons, est-ce que nous allons leur apporter la pluie, croient-elles quelques-unes quelque chose comme ça, comme toutes celles qui croient au prince milliardaire – charmant – qui va bien venir les amuser et leur apporter la pluie ? Mais les contes de fée dans lesquels se complaisent mes concitoyen(ne)s me semblent suspects. Transformer des crapauds en laquais et en princes, de mon point de vue, doit poser plus de tracas, plus de problèmes, beaucoup plus de soucis – qu'en résoudre.

     Parfois je me demande.

 

     Dans le documentaire « Un pays sans Putain », à savoir la Suède, on peut voir une psychologue suédoise censé « guérir » un « client de prostituées » qui en plus « consommerait du porno ». Cette psychologue dit : « Tous les hommes ont quelque chose de malade, pas seulement en Suède, mais partout dans le monde ! »

     Encore une qui ne dit pas carrément ce qu’elle espère, peut-être, à savoir un faiseur de pluies ?

 


 

«Là où les putains n’existent pas», le film choc d’Ovidie

 

    Je ne sais pas.

    En fait il y a des gens bien plus qualifiés que moi, bien plus diplômés, avec vraiment un énorme Q.I., je ne citerai même pas de nom.

    Ils passent souvent à la télévision. Ils sont payés pour réfléchir à ces choses là.

    Ils sont réalistes, cultivés, et leur vision fait un angle de 360 degrés. Et je sais que l'on peut leur faire confiance, pour répondre à la dernière question.

     Tout va bien.

 

 

 

                                              Odal GOLD

 

                                                                          www.odalgold.com

 

 

    

 



05/07/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


This is my Odal Gold Blog. I'm just a poor boy !------- Odal GOLD


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Espace de gestion