Moi. Pas être Prométhéen du tout.

 

 

     L’épée est certes une arme et un symbole bien humain

 

 

     Pas être Prométhéen du tout. Moi, mon niveau, c’est un avion SAAB-J21 simplifié, et les bandes dessinées SF et Marvel des années 1920, et encore.

     Le reste, les Tablettes, Google Maps, le GPS, j’utilise, et même bien et même facilement, mais je ne crois pas du tout « maitriser », comme on dit. La télévision, déjà, qu’est-ce que c’est ?

     La question peut paraître stupide, mais qui sait vraiment comment ça marche, et derrière, quel genre de début d’intelligence, ou d’intelligence ?

     Et alors Internet, la technologie d’un smartphone, vraiment, qu’est-ce que c’est ?

     Je me répète, je sais, mais il y a un tas de choses que j’utilise, et même mieux que beaucoup, et que je ne « maitrise » (je ne « comprends ») pas du tout, comme on dit, en fait.

     Et sans me vanter, ici, je suis plutôt mieux que les autres. Les « autres », dans le meilleur des cas, ils sont prêts à tronçonner leurs propres clones et leur voler un poumon et un cœur, pour vivre quelques années de plus. Pas moi.

     Et encore, c’est chez ceux chez qui je discerne une pensée, des tripes et un cœur, comme on dit. Et ce que j’en dis, du côté obscur de la plupart des gens par ici, c’est bien pire que ça encore. Même leur « Histoire » avec un grand H, elle ne fait pas rire.

     L’épée est certes une arme et un symbole bien humain, qui ne correspond qu’à une guerre ou à un combat d’humains avec d’autres humains. Et j’ai moi-même mon côté obscur. Je suis un peu comme le héros Erik du film « Érik le Viking » (1989), j’aime bien la guerre et le Raid, mais pas trop… après je me demande. Peut-être un petit peu trop fragile, même pas. Peut-être un petit peu trop rêveur, parfois.    

 

 

 

 

     Ni pour moi, ni pour mes congénères

 

 

     Certains me trouvent « rassurant », ce qui ne me rassure pas moi-même.

     Mes congénères ils ne me font pas rire. Pas du tout prométhéen, disais-je. Me prendre trop au sérieux, trop me considérer, même pas.

     Ici, et quoi qu’au fond je ne sache pas bien de quoi s’est inspiré la mythologie judéo-chrétienne, pour mieux en parasiter les quelques beautés (l’Histoire est truquée, par définition)… je serais presque un peu comme l’un de leurs « anges », mais alors avec sous la main un « pistolet Remington Navy 1858 » au moins. De leur mythologie truquée je ne comprends que Simon Templar, dit « Le Saint » (The Saint), qui est un personnage de roman policier créé par Leslie Charteris en 1928, repris ensuite par d'autres auteurs et adapté au cinéma – et le Blues (Le Blues, que même que « c’est des mains noires qui lui ont donné le jour, et ah que toute la musique que j'aime elle vient de là, elle vient du Blues ! »).  

     Beautés de ce personnage « à la limite » Simon Templar, et des coups de musique Blues & Soul (musique de l'âme) qu'on a parfois : ils ont certes été inspirés par quelque chose dans l’ère du temps du judéo-christianisme, à condition qu’on ne prenne pas leurs textes à la lettre, et peut-être « malgré » lui. Je ne suis pas non plus pour suivre aveuglément le Prométhée Levantin (J.C.).

     Vraiment pas prométhéen du tout, disais-je, je sais, je me répète. Il y a du feu des dieux (et de Dieu, je n’en parle même pas), qui n’est fait ni pour moi ni pour mes congénères.

     Encore moins pour mes congénères.

     Tu n’es pas mieux que les autres ? Ben si.

     Mais bon, vraiment, c’est comme ça.

     Et je ne suis pas une victime.

 

jazz-4402083_960_720

 

 

 

 

    Ils savent très bien ce qu’ils font

 

 

     Konrad Lorentz, il a parlé de quelque chose comme la puissance du Système du conscient et de l’Inconscient collectif de certaines sociétés ou structures humaines : pour expliquer le décalage entre la technologie la « Science » proposée – et ce que la plupart des individus « maitrisent » vraiment, c’est-à-dire bien peu.

     Le Système réduirait les individus à n’être plus que des parties de lui-même, et ainsi organisé, serait bien plus performant et meilleur que la somme de ses composants. Ainsi, aucun de ses composants ne pourrait même plus envisager de le comprendre.

 

     « Science sans Conscience n’est que ruine de l’âme », c’est un dicton très important... Je me défie du Système, qui est tellement fort ici qu’il me permet même d’écrire ces lignes. Je me défie même des dieux, car comment ne pas se défier de ce qui vous dépasse totalement, et que l’on ne peut appréhender sans un minimum d’appréhension (parfois, la beauté peut aussi avoir un côté « cruel », n'est-ce pas ? » . En même temps, les dieux et leurs mystères, ou du moins ce que je crois en appréhender, je préfère les trouver la plupart du temps : plutôt bienveillants.

     « Aide-toi, et le Ciel t’aidera » (peut-être). Cela, je comprends.

  

     Je me défie de la plupart de mes congénères, tu ne peux pas savoir à quel point. Je ne les renie pas, mais la plupart ici ne sont même pas comme des enfants avec des jouets gadgets inconnus, en fait ils sont exactement l’inverse de ce qu’ils voudraient faire croire : car le plus souvent ils savent très bien ce qu’ils font.

 

     Ce qu’échafaude Konrad Lorentz, à savoir que 3 ou 10 000 humains sont beaucoup plus performants dans un Système, à tous points de vue, que la somme des individus lambda qui le composent (c’est la force et l’attrait ( ?) d’un « Système ») : c’est peut-être un début d’explication de cette différence entre l’excès de simplicité de la plupart des gens et la complexité de l’environnement humain…

     Mais, toujours d’un point de vue humain, de mon point de vue, à un moment dans la réflexion, on se noie aussi dans les paramètres : les mathématiques et le nombre d’or dans la nature, le biologique, la formation l’éducation l’histoire, la spiritualité, les influences stellaires, les dieux, l’âme des êtres et des choses, l’intelligence, l’envie d’avoir envie, etc.

     Konrad Lorentz, c’était quelqu’un. Ses réflexions font même un peu « peur ».

 

     Car penser c’est une chose, mais « être » c’est peut-être aussi parfois penser, mais c’est beaucoup plus que cela, et ça rejoint le feu des dieux.

     La plupart penseront que je raconte n’importe quoi que c’est une vraie bouillie, qu’est-ce que c’est que toutes ces inepties, c’est du charabia, et pourtant, et c’est comme vous voulez.

  

 

                                              Odal GOLD

 

                                                                          www.odalgold.com

 

 

 

 

 

 

 

 



04/09/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


This is my Odal Gold Blog. I'm just a poor boy !------- Odal GOLD


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Espace de gestion