C'est une maison bleue

L'année dernière j'habitais à Marienbad. Là-bas j'ai ramassé quelques pierres. Ces pierres ont un langage. Elles sont comme des scintillements accrochés dans le ciel étoilé. Toutes ces pierres, "c'est une maison bleue adossée à la montagne, on y vient à pied. Elle est peuplée de cheveux longs et de lumière... Ceux qui viennent là ont jeté la clé. Elle sera la dernière à tenir debout."


Made in Life

Partout sont la prédation et le cri du désespoir. Vous autres, qui êtes à la fois esclaves, citoyens et consom­mateurs, vous m’étouffez.
— Mais pourquoi tu parles toujours en notion de force ?
— Que la force soit avec toi, frangine, toi qui n’as pas d’ennemis ; car de toute façon je le sais, tu payes en déprime, ou en douleur, et tu avances.
Ou alors tu reviendras évaporée, au néant.


0 Poster un commentaire

Ce que je veux savoir

    
   Ainsi est le malheur d’en trop savoir, et même la connais­sance de sa douleur, qui rejettent au loin l’espoir d’un grand destin facile, allant de soi.
 
   Heureusement qu’il y a ce grand corps déglingué, qui di­gère même les idées. Et l’innocence retrouvée, grâce à la digestion de ce grand corps délabré, on peut à nouveau célé­brer. Du cœur noir des flibustiers de la connaissance, on peut de nouveau hisser le pavillon.
 
   Tout va bien, et dans l’innocence de ce nouveau soleil matinal, dans chaque homme rugit un tigre virtuel.


0 Poster un commentaire

Photo sans titre



0 Poster un commentaire

Photo sans titre



0 Poster un commentaire

Photo sans titre



0 Poster un commentaire


This is my Odal Gold Blog. I'm just a poor boy !------- Odal GOLD


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Espace de gestion